Calligraffiti, à la croisée des arts | Audacioza Studio
2279
post-template-default,single,single-post,postid-2279,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-0.8,select-theme-ver-3.6,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Calligraffiti, à la croisée des arts

Derrière le nom Calligraffiti se cache un homme : Niels Shoe Meulman. Le hollandais est devenu une véritable légende grâce à son œuvre Shoe alors qu’il était à peine âgé de 18 ans !
De cette renommée nait une rencontre avec deux graffeurs : le français Bando et l’anglais Mode2. Ensemble, ils  forment le crew Crime Time Kings et parcourent l’Europe avec pour seul objectif de graffer.
Leur ambition les pousse à développer de nouveaux styles qui font aujourd’hui partie intégrante du graffiti. Ils ont fait avec succès la transition entre l’art de rue des années 80 et l’art du 21è siècle.
En 1990 Shoe devient l’apprenti d’Anthon Beeke et lance sa propre entreprise quelques années plus tard, sous le nom Caulfield & Tensig.

niels_shoe_meulman

Calligraffiti, la fusion des arts

C’est en 2007 que Calligraffiti voit le jour, c’est une forme d’art réunissant calligraphie et graffiti.
La calligraphie est littéralement l’art de l’écriture. Elle s’exprime sous différentes formes. Cette appellation regroupe les caractères anciens au pinceau japonais, les scripts picturaux arabes mais aussi les enluminures médiévales et l’écriture à la plume.
À cet art, Niels apporte la force du graffiti.
Calligraffiti est donc une forme d’expressionnisme abstrait, s’inspirant du Vandalisme.
La perfection des lignes, mais surtout la justesse de la technique propulse rapidement cet art dans les plus grandes expositions mondiales.

calligraffiti_nielstrouble_shoeagence_lille
L’émergence d’ambassadeurs

Le 17 Avril 2015 Calligraffiti passe du statut d’art à celui de communauté.

25 ambassadeurs sont nommés par Niels Shoe. Parmi les sélectionnés on note la présence de 6 français : Clément Kens, Damien Dee Coureau, El Seed, Jonas Sunset, Samy Amar et Tarek-Vincent Lézavu.  Ensemble, ils offrent une nouvelle vision de cet art et lui donne un second souffle.
Calligraffiti s’exprime alors sur les murs, les tissus, les peaux. Certains artistes l’utilisent comme base de tatouage, comme Gordoletters, ou de bodypainting , comme le montre Pokras Lampas. Said Dokins & Leo Luna ont quant à eux choisi le light painting pour créer des caractères d’une légèreté aussi sublime qu’éphémère.
Ces nouveaux ambassadeurs débordent d’inventivité afin de proposer des œuvres d’une justesse et d’une sensibilité nouvelle. Une émotion riche de toutes ces cultures, à découvrir sur le site internet : www.calligraffitiambassadors.com .

gordolettersgordoletters_tattoo

bodypaint-pokrasbodypaint_pokras_lampassaid_dokins

Pas encore de commentaires

Écrire un commentaire