What the hell is, Vaporwave ? | Audacioza Studio
766
post-template-default,single,single-post,postid-766,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-0.9,select-theme-ver-3.6,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.2,vc_responsive

What the hell is, Vaporwave ?

Aujourd’hui, on souhaite faire un zoom sur un style musical assez peu connu mais très novateur, étant donné qu’il est l’unique genre musical à être née, reconnu et à avoir perduré sur le web. Il est apparu sur la toile en 2010, et son caractère très récent en rend son exploration des plus intéressantes. Les « web adicts » vont prendre de plein fouet le genre, et il revêtira un aspect de révélation totale en faisant rencontrer le monde numérique et la nostalgie des années 80/90, ajouté à des techniques de productions musicale des plus modernes.

 

La Vaporwave commence son expansion sur les sites Tumblr et Reddit, où le style musical y sera défini et directement apposé à un style graphique constitué d’images « Aesthetics », de monde numériques et tropicaux. De ces origines, le genre musicale va se populariser sur le web par son obsession pour les sous-cultures des années 80/90, et le remastering de vieux morceaux d’ascenseurs, inspiré par le funk, la new wave et le smooth jazz. Les rythmes planants et voix ralenties vont naturellement se lié avec un graphisme type, constitué et fondé sur les influences du glitch art (art des bug numériques visuel), des design digitaux venus des prémices de l’internet et une utilisation récurrente de buste romain/grec. On peut ajouter à cela, la fascination pour les paysages tropicaux, la culture Japonaise et le pixel art.

 

 

 

Un album popularisera et répandra la Vaporwave sur le web, le Floral shop de Macintosh plus, surtout grâce à un morceau : リサフランク420 / 現代のコンピュー, où le ralentissement d’un morceau de Diana Ross (It’s your move) va créer une étrange synthèse digitalo-nostalgique chez les explorateurs du genre et en charmer beaucoup car il deviendra un des morceaux phare du style musicale.

 

 

La Vaporwave est un genre nouveau de critique du Capitalisme, à ses début, mais le genre est jeune, et résulte d’un sentiment propre à nous-même, une sorte de nostalgie de l’enfance des enfants des années 90 ayant connu le début de la mondialisation et celui d’internet. Cette nostalgie des images des années 90, va amener, en 2012, des artistes tel que INTERNET CLUB, qui plutôt que de rejeter les idées d’entreprise et du travail moderne, va les adopter en utilisant les premiers spots de publicités.

 

 

 

La Vaporwave prend alors un tournant, mettant de coté les images « Aesthetics » des débuts du genre pour une sur-utilisation des spots publicitaire des années 80/90. Depuis, cette idée continue de dominer le genre et les nouveautés de la Vaporwave permettant à de multiples sous-genres de se développer.

Pas encore de commentaires

Écrire un commentaire